Piment de Cayenne en Ayurvéda

Le piment de Cayenne est riche en vitamine C, en Vitamine A mais aussi en Vitamine B9, l’acide folique, qu’on appelle parfois, la vitamine de la femme enceinte car il aide le fœtus dans le développement du système nerveux.

Le piment de Cayenne est presque toujours déshydraté, puis broyé en poudre afin d’être utilisé en très petites portions. Il faut savoir que même Kapha doit être vigilent avec la consommation de cayenne ou d’autres piments comme le Chocolate Habenero.

  • Rasa : Piquant
  • Virya : Chaud
  • Gunas : Clarifiant, léger et intense.
  • Doshas : Le piment de cayenne augmente Pitta et Vata, mais équilibre le Kapha en quantité raisonnable.

Le piment de cayenne est peu utilisé en cuisine ayurvédique puisqu’il est très intense et déséquilibre très rapidement les doshas. Il est très important de le doser correctement car le Feu Teja en excès va déséquilibre le Pitta, le Vata et les Agnis.

La noix de coco en Ayurvéda

Les noix de coco sont dites douces en Rasa et froides en virya. Elles conviennent parfaitement à Pitta qui le refroidissent, mais elles augmentent Vata et Kapha en raison de leur fraîcheur. Cependant, l’huile de noix de coco convient à Vata car même si elle a une action froide, son goût doux et son onctuosité graisseuse, équilibrent le Vata. L’été sera la saison idéale pour Vata pour consommer l’huile de noix de coco.

L’huile a de nombreux bienfaits, dont celui de nourrit la peau et les cheveux et est utile dans des conditions comme la peau gercée, la peau sèche, les inflammations de la peau, etc. L’huile de coco est facilement absorbée par les intestins. Elle peut se cuire à haute température sans se dénaturer.

La noix de coco est riche en fibres, en calcium et en potassium. Son eau est très désaltérante et son huile a de nombreux bienfaits dont celui d’être antifongique.

  • Rasa : Doux
  • Virya : Froid
  • Vipaka : Doux
  • Karma : – P, + VK

Extrait du Petit Guide Ayurvédique des aliments

Le ghee en Ayurvéda

Le beurre clarifié est appelé ghee. Le ghee de vache est doux, astringent en goût et froid en action. Il est lourd, mais augmente le feu digestif. Très utilisé en cuisine ayurvédique, il réduit Vata et Pitta et équilibre Kapha. Le ghee est bon pour le teint de la peau et augmente les fonctions cérébrales et la mémoire. Il est utilisé comme médicament dans les remèdes médicinaux, car il permet d’augmenter l’assimilation des propriétés des plantes.

Le ghee préparé avec du lait de la vache augmente la mémoire, le pouvoir de digestion, le sperme, Ojas, Kapha et Medha. Le ghee améliore la vue et la force. Il est bon pour : l’épilepsie (apasmara), la bronchite (kasa), le frilosité chronique (pinasa), l’œdème (sotha), la cataracte (timira) et tous les problèmes génitaux féminins (yoni). Le ghee équilibre les trois doshas et est purgatif.

Un ghee peut être centenaire. On appelle ajya un ghee âgé de plus de 10 ans. Le ghee vieux de 100 ans est appelé kumbha sarpi. Cela soigne les mauvais sorts. Le ghee qui est âgé de plus de 100 ans est appelé mahaghrta. C’est le meilleur des ghee. Plus un ghee est ancien, plus il est riche en propriétés médicinales.

  • Rasa : Doux
  • Virya : Tendance à chauffer
  • Vipaka : Doux
  • Doshas : +=K, -VP

Ghee au gingembre

  • 1,5 kg (3 livres) de beurre
  • 4 morceaux de racine de gingembre pelé de 5 cm (1 pouce)

Faire fondre le beurre dans une grande casserole (en céramique de préférence) à feu doux jusqu’à ce que le beurre commence à mousser et à bouillir, environ 10 minutes. Ajouter le gingembre une fois le beurre fondu. ousser la mousse sur le côté, sans remuer, pour voir si le beurre est clair, brillant et doré. Retirer la casserole du feu et laisser refroidir environ 2 minutes.

Dans un récipient en verre, verser le beurre à travers une passoire fine pour éliminer la mousse, filtrer le gingembre et les particules. Le ghee reste au fond va s’épaissir et devenir légèrement translucide. Conserver dans une pièce froide ou au réfrigérateur.

Extrait du livre : Petit Guide ayurvédique des aliments

Food that may not suit you

A lot of people are dealing with chronic digestives problems and tried to recover from this disease by trying an elimination diet. This is fair. As a human, we are all different. Ayurveda said that because of our nature (prakriti), our health at the moment (vikriti), our medical history (antibiotic, depression, drugs), our environment (sport, cigarettes, alcohol) and sometimes even because of spirituals matters (past life), we all have different body and different tolerance to food. What I tried to do today it’s a quick work that I did for me and I decided to share it with you.

I made a list of food that may not suit you according to studies. So, yes, according to science. You take it or not. My goal is to share what could be the more challenging food to digest in general.

FODMAP

FODMAP means Fermentable Oligosaccharides, Disaccharides, Monosaccharides, and Polyols, which are short-chain carbohydrates and sugar alcohols that are poorly absorbed by the body. The FODMAP diet is based on the elimination or severely limited of the food to avoid for 3-8 weeks, then gradually reintroduced into a low-FODMAP diet to see if they cause symptoms.

FODMAP diet has been a very good result for some of my customers. I invite you to read more about this diet/lifestyle here but if you need scientific proof just check this study. The conclusion is: the evidence to date strongly supports the efficacy of a low FODMAP diet in the treatment of IBS. Further studies are required to understand any potential adverse effects of long-term restriction of FODMAPs.

Nightshades

Called the nightshade family of the potato family, Solanaceae may be connected with arthritis and joint pain, especially the autoimmune disease of rheumatoid arthritis. Nightshades contain an alkaloid called solanine, which is toxic in high concentrations. Some people with sensitivities or food allergies involve the nightshade family. Eliminating these foods may help those with a sensitivity find relief from their symptoms.

The same chemical compounds that cause so many problems in nightshade-sensitive people can bring benefits to people with healthy digestive systems. It is why Ayurveda tells us than Vata type people or everybody that experience a Vata Imbalance should avoid all kind of food that contains neurotoxin.

« The poisoning is primarily manifested by gastrointestinal and neurological disorders. Symptoms include nausea, diarrhea, vomiting, stomach cramps, burning of the throat, heart arrhythmia, headache, and dizziness. Hallucinations, loss of sensation, paralysis, fever, jaundice, dilated pupils, and hypothermia has been reported in more severe cases. It is suggested that doses of 200–400 mg for adult humans can cause toxic symptoms. » For more information, read here.

Ketogenic diet

Keto diet The main component of a keto diet is to lower your carb intake to 20–40 net grams per day to achieve ketosis. A keto or ketogenic diet is a low-carb, moderate protein, a higher-fat diet that can help you burn fat more effectively.

Studies prove that a ketogenic diet is excellent for managing type 2 diabetes, sometimes even leading to a complete reversal of the disease. But what interests us here, is that a Keto diet can result in a calmer stomach, less gas, fewer cramps, and less pain, often resulting in improvements in IBS symptoms.

Oxalates

Oxalic acid or oxalates are very tiny molecules that bind minerals like calcium making them insoluble and decreasing their bioavailability. It is found in a variety of seeds, nuts, and many vegetables. Oxalates can cause kidney stones but also may be responsible for a wide variety of other health problems related to inflammation, auto-immunity, mitochondrial dysfunction, mineral balance, connective tissue integrity, urinary tract issues, and poor gut function.

Having a damaged gut lining will increase your absorption of oxalates. It’s why it could be very helpful to eliminate some of the food that is rich in oxalate to rest the digestive system.

Food allergies

A food allergy is a reaction to a food protein, commonly from cow’s milk, eggs, peanuts, wheat, soy, fish, seafood, and tree nuts. A food allergy happens when a person’s immune system overreacts to a protein in food. In a person who is allergic, the immune system reacts to the protein by over-producing a special group of antibodies – immunoglobulin E. These antibodies are responsible for the symptoms of the allergic reaction.

Symptoms of a food allergy range from mild discomfort to severe reactions requiring immediate medical attention. It could be a sneezing symptom, diarrhea or a severe reaction affecting one, or more organ systems, for example respiratory, cardiovascular, and gastrointestinal systems. So, if you sneeze immediately after having a kid of food, you may be intolerant or even allergic.

Trigunas

In Ayurveda, a guna is an element of reality that can affect our psychological, emotional, and energetic states. All three gunas are always present in all beings. A guna can be increased or decreased through the interaction, and influence of food, lifestyle practices and thoughts. The three gunas are tamas (darkness & chaos), rajas (activity & passion), and sattva (beingness & harmony).

Tamas is a state of darkness, inertia, and inactivity. It manifests from ignorance. Some tamasic gunas are laziness, attachment, depression, addiction, sadness and grief. Tamasic food includes processed food, junk food, alcoholic beverage, some vegetables, and meat.

Rajas is a state of action, determination, and movement. It manifests from the action. Some rajasic gunas are attachment, anger, anxiety, and fear. Rajasic food includes pungent food, tea, coffee, some meat, pasta, and food that is not balanced in taste.

Sattva is a state of harmony, balance, joy, and intelligence. It manifests from love. Some sattvic qualities are happiness, wellness, self-control, and peace. Sattvic food includes this type of food in a small portion only: ripe fruits, ghee, fresh seeds, natural nuts, leafs vegetables that are not pungent or bitter, good quality, and cold-pressed oil.

Gassy Food

Some foods cause you gas after you eat them. Most foods that contain carbohydrates can cause gas while fats and proteins cause little gas. Each person has their own reaction to single foods but Vata people are very sensitive to it. Gassy food is caused but some molecules in the fruits and vegetables, but also the cooking method and the quality of food. If you used to have gas after a meal, you may also consider how you cook your food.

Proteins like gluten, found in wheat and other grains, can cause a variety of allergic responses in susceptible people, including gas. Whole grains such as wheat and oats contain fiber, raffinose, and starch. All of these leads to gas.

Beans contain large amounts of raffinose which is a complex sugar that the body has trouble digesting. Bacteria digest it by producing hydrogen and methane gas that need to exit. Smaller amounts are found in cabbage, Brussels sprouts, broccoli, asparagus, other vegetables, and whole grains.

The body has trouble digesting alcohol and sorbitol. Both compounds are dominant in fruits such as apples, peaches, pears, and prunes.
Fruits also contain soluble fiber that must pass through the large intestines, where bacteria break them down to create hydrogen, carbon dioxide, and methane gas.

As you can see from this table, the list of foods to avoid health problems is not exactly the same from diet to diet. On the other hand, you can see that certain foods, like wheat, appear in several diets. Also note that I have only listed vegetables, grains, legumes, nuts, and fruits.

More informations

Purification de l’eau en Ayurvéda

Sushruta, auteur du célèbre livre de référence Sushruta Samhitâs, a rédigé il y a bien longtemps une méthode de purification de l’eau pour la rendre la plus sattvique possible. Même plus de 1000 ans auparavant, les médecins ayurvédiques jugeaient nécessaire de purifier l’eau, que ce soit l’eau de montagnes ou de pluie! Voici donc comment le docteur ayurvédique Sushruta suggère de purifier l’eau grâce aux végétaux et minéraux.

Selon le procédé, l’eau non pure doit être soit bouillie, soit chauffée au soleil, soit chauffée en y émergeant des roches chaudes. Une fois l’eau bouillie, on ajoute l’une des fleurs suivantes :

Après un certain temps, décanter l’eau puis la placer dans un récipient d’or, de cuivre ou d’argent. Il y a d’autres moyens de purifier l’eau de cette façon. Sushruta en décrit 7 en tout:

Fleurs (uptala, naga, champaka, patala)

Pierre semi-précieuse Gomed (Hessonite Garnet)

Mousse aquatique

Par Buchling, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org

Racine de plante de lotus

By FotoosRobin – originally posted to Flickr as Lotus root, CC BY-SA 2.0, https://commons.wikimedia.org

Morceau de lin

Vaisselle de cristal ou cristaux

Perle aquatique

Sushruta ne précise pas combien de temps l’eau doit être purifiée avec les fleurs. Cependant, on peut en déduire qu’une nuit (pour bénéficier des effets de la lune) et une journée (pour bénéficier des effets du soleil) suffisent pour purifier l’eau.

Extrait du Petit Guide Ayurvédique des aliments

Le miel (madhu) en Ayurvéda

Il existe de nombreuses variétés de miel (madhu) disponibles, en fonction de la fleur à laquelle les abeilles ramassent le miel. Le nouveau miel est doux, astringent au goût, froid et puissant, augmente le Kapha et réduit le Vata et le Pitta; tandis que le vieux miel (âgé de plus de 6 mois) est brûlant et racle l’excès de graisse du corps. Le vieux miel réduit Kapha et augmente Vata et Pitta.

Le miel et le ghee en quantité égale sont un poison. Le miel ne doit pas être bouilli ou chauffé. Après chauffage, toutes les qualités nutritionnelles sont réduites et cela devient toxique. Cependant, il peut être ajouté dans de l’eau tiède.

Il y a 8 variétés de miel en ayurvéda :

  • Paittika : collant et trop sucré
  • Bhramara : produit la rigidité et est trop sucré
  • Ksaudra : refroidissant, léger
  • Maksika : léger et très onctueux
  • Chatra : sucré en vipaka, lourd, refroidissant et traite raktapitta
  • Arghya : astringent, piquant en vipaka et apaise Kapha et Pitta
  • Auddalika : apéritif, améliore la voie, astringent, chaud et acide
  • Dala : onctueux et soigne les vomissements (chardi)

En plus de ces 8 sortes de miel, il y a le nava madhu qui est un miel fraîchement récolté. Madhu est astringent en anurasa, onctueux, stimulant, et promeut la force. Étant donné qu’il existe 8 sortes de miel, certains auteurs le classent parfois comme ayant une action refroidissant (cas du miel chatra). Madhu nettoie et soigne les ulcères et aide les jointures des os. Il est tridoshique.

Selon l’ayurvéda, le miel soigne les vomissements (chardi), l’asthme (svasa), la bronchite (kasa), l’œdème (sotha), la diarrhée (atisara) et l’infection aux parasites (krmi). Le miel peut constiper. Cependant, il soigne le surpoids et l’obésité, car il est chauffant et stimulant. Le miel est souvent mélangé à des plantes en poudre afin de mieux les assimiler.

Le miel est à éviter en été, car il pourrait devenir un poison pour l’organisme (production d’Ama) selon le Charaka Samhitas. Ceci s’applique pour les miels les plus chauffants qui sont consommés dans un climat chaud et humide.

Extrait du Petit Guide Ayurvédique des aliments

Excès alimentaires : 5 raisons qui me poussent à trop manger

Trop manger est quelque chose que nous avons tous déjà expérimenté sous différentes formes : grignotage devant la télé, se resservir plusieurs fois d’un plat qu’on aime, repas de fêtes à plusieurs services qui s’éternisent, etc. Il existe cependant des cas où la surconsommation de nourriture devient très problématique. Les excès alimentaires sont engendrés par plusieurs facteurs ou raisons que j’ai voulu développer ici.

Notez que les informations suivantes sont basées sur mon expérience personnelle, mais aussi, sur mes années de pratique en tant que naturopathe ayurvédique. Je ne prétends pas être experte des troubles alimentaires, mais simplement apporter des outils pour que chacun puisse comprendre son mécanisme qui le pousse vers ces mauvaises habitudes alimentaires.

1. Habitude

Beaucoup de gens ont “hérité” de mauvaises habitudes alimentaires quand ils étaient enfants. Même si ce que l’on vit lors de notre enfance n’a aucune raison de se reporter sur notre vie “d’adulte”, il y a pourtant un mécanisme qui pousse à continuer de reproduire certains schémas, et parfois, sans se remettre en question.

Difficultés : Il est plus facile de conserver une habitude vieille de plusieurs années que d’en créer une nouvelle!

  • Exemple 1 : Ma famille se regroupe chaque dimanche midi pour un long repas qui s’éternise et j’ai pris l’habitude de manger en grande quantité même si je n’ai plus faim.
  • Exemple 2 : À la maison, mes parents mangeaient tout le temps entre les repas et j’en ai pris l’habitude.  Quand je suis à la maison, je fais plusieurs aller-retour dans la cuisine, car grignoter est une habitude pour moi.

Habitude ⟶ Mental est conditionné ⟶ Grignoter est une habitude

2. Émotions refoulées

Parce que nous sommes des humains constitués d’un système hormonal complexe, nous sommes sujets à une multitude d’émotions chaque jour. Pour plusieurs raisons, il nous arrive de faire comme si certaines émotions n’existaient pas en nous. Il peut arriver qu’on éprouve des émotions telles que la colère, la frustration, l’envie, mais au lieu de les reconnaître, on les ignore en occupant nos pensées ou en s’anesthésiant avec de la nourriture par exemple.

Difficultés: On lutte avec des émotions venant de deux sources : celles d’avant l’excès alimentaire, puis celles d’après l’excès alimentaire.

  • Exemple 1 : Mon boss me donne trop de travail. J’accepte de produire ce travail, mais je ne lui dis jamais que c’est trop. Je ressens de la colère que j’accumule. Le soir, dès que je pense à cette situation, je me dirige vers les placards de la cuisine et je grignote.
  • Exemple 2: Chaque fois que je vais visiter ma meilleure amie, elle me parle de son fabuleux travail et de sa fantastique relation de couple. En rentrant chez moi, je pense à ma situation de femme célibataire et à ce travail que je souhaite quitter depuis si longtemps, car il ne me convient plus. Je grignote.

Émotions ⟶ Réaction de camouflage ⟶ Rage alimentaire

3. Environnement

Si je me trouve dans un environnement oppressant, nouveau, étranger ou tout simplement qui ne me convient pas, il est fort probable que mon envie de réconfort ou de me sentir bien sera augmentée. De ce fait, je serai plus porté à grignoter des aliments qui me réconfortent émotionnellement afin de pallier un malaise ou à une nouvelle situation.

Difficultés : Il est parfois difficile de remarquer qu’on mange plus quand on est dans un nouvel environnement ou quand des changements ont lieu autour de nous.

  • Exemple 1 : Je viens juste d’emménager avec mon copain. Tout va bien. On se fait de bons repas copieux le soir. Semaine après semaine, cette habitude perdure et je vois mon corps grossir.
  • Exemple 2 : Ma belle-mère est à la maison pour une semaine. Ma relation avec elle est parfois tendue. Je remarque que je grignote plus depuis qu’elle est là.

Environnement ⟶ Recherche de repère ⟶ Augmentation du grignotage

4. Ennui/Vide/Solitude

L’un des réflexes primaires qu’un humain dispose est de manger. Manger est normal! Parfois, quand on s’ennuie, on grignote pour passer le temps. Et quand on aime manger, qu’on se réveille le matin avec peu de chose au programme, il peut nous arriver de penser toute la matinée au repas qu’on va se préparer. Ce même repas peut tourner au buffet à volonté!

Difficultés : Quand je commence à associer la prise de nourriture avec « je m’ennui », il peut être difficile de casser ce mécanisme.

  • Exemple 1 : Je suis en congé, je n’ai rien de prévu aujourd’hui. Je décide de rester à la maison pour relaxer. Mais, tiens! Qu’est-ce que je peux me faire comme repas aujourd’hui? … Après 1 heure en cuisine et la fierté d’avoir préparé un bon repas, c’est le temps de manger et c’est super bon! Même si je n’ai plus faim, je me resserre. Car après tout, c’est bon, j’ai rien d’autre à faire alors pourquoi ne pas se resservir! Demain, je serai plus raisonnable!” Et quelques minutes plus tard… “Je ne vais quand même pas remettre au frigo la moitié d’une part de cheesecake! Autant le finir, car demain, je serai raisonnable!”.
  • Exemple 2 : C’est dimanche. Mes enfants étaient censés venir me voir, mais ils ont annulé. Je me retrouve seule à la maison avec ce repas que j’avais préparé pour eux. Je passe à table, seule, mais je mange beaucoup plus que ce que mon estomac ne peut tolèrer.

Ennui, sensation de vide ⟶ Besoin de se remplir ⟶ Grignotage

5. Récompense

Autant chez les animaux de compagnie que chez les enfants, on est hélas programmé dans un monde “Plaisir/Récompense”. C’est ce que l’on fait maladroitement avec les animaux de compagnie et parfois même avec les enfants. Si la récompense est d’origine alimentaire, ce système programme le cerveau à associer l’alimentation comme une récompense et sera utilisé pour n’importe quelle raison en dehors de la faim.

Difficultés: Il est important de trouver une différente alternative à la récompense alimentaire surtout si elle est associée à des troubles alimentaires.

  • Exemple 1 : Mes parents m’amenaient au McDonald quand j’avais de bonnes notes dans mes résultats trimestriels. Aujourd’hui adulte, je vais chez McDonald quand j’ai du succès au travail. Vu que je suis un bon élément dans mon équipe, je peux manger McDonald chaque semaine, car je le mérite.
  • Exemple 2 : C’est vendredi soir. J’ai eu une semaine stressante au travail. Je vais enfin pouvoir relaxer. Après une semaine pareil, je mérite de manger ce que je veux ce soir! Je l’ai mérité!

Bonne nouvelle ⟶ Conclusion de mériter un bon repas ⟶ Repas composé d’aliments que l’on s’interdit parfois

Comment sortir de ces schémas? Comment cesser de grignoter? Comment reposer la fourchette quand on arrive à satiété? Ce sont des questions auquelles je répondrais dans un prochain article. Encore, une fois, je veux seulement apporté ici mon expérience et ma compréhension. 🙂